Tik Tok

Tik Tok n’est pas une appli pour les enfants

Tik Tok est une application d’origine chinoise née en 2016 qui connait un développement phénoménal. Ainsi, en France, un internaute sur 5 y a un compte, soit 21.4% des internautes français. Il entre ainsi en concurrence directe avec les géants des réseaux sociaux, Facebook, Instagram ou YouTube. En 2020, ce sont 800 millions d’utilisateurs actifs mensuels (chiffres supérieurs à LinkedIn, Twitter et Snapchat).

Tik Tok… pour danser, chanter mais pas que…

Tik Tok permet à ses utilisateurs de se filmer en train de chanter et de danser, de créer de courtes vidéos avec de la musique, des filtres et d’autres fonctionnalités de manière très rapide. Tout va très vite sur cette appli qui transforme de jeunes anonymes en véritable stars, les fameux « influençeurs », rémunérés comme tels. Cela en fait également un canal plein d’opportunités commerciales et marketing pour des marques, entrepreneurs sur le net et autres professionnels.

41% des ses utilisateurs ont entre 16 et 24 ans**, passant, en moyenne 52 mn/jour***sur le réseau. C’est normal, les jeunes étant la cible initiale du réseau. En France, Le profil type de l’utilisateur de TikTok est une jeune fille âgée de 13 à 24 ans (51,34 %) et 38% des 11/14 ans y ont un compte. Parallèlement, on observe une croissance très rapide de la création de comptes adultes. Ainsi, entre octobre 2017 et mars 2019, soit moins de 2 ans, le nombre d’adultes américains utilisant TikTok a été multiplié par cinq ****

Tik Tok adolescents

Tik Tok, des contenus inappropriés, hyper-sexualisés

Sur le plan géopolitique, Tik Tok s’est retrouvé au cœur de l’actualité en 2020 suite aux déclarations de Donald Trump, alors Président des Etats-Unis, menaçant d’interdire l’application chinoise et exigeant la vente de la partie américaine. C’est finalement Oracle qui a repris les activités américaines du réseau.

Sur le plan des contenus, l’application s’est vite trouvée envahie par des contenus « inappropriés », violents, propagande idéologique, pornographie et pédophilie. En 2018, les autorités chinoises ont alerté les jeunes utilisateurs, après qu’aient été repérés des individus faisant des avances sexuelles sous des vidéos de jeunes en train de danser. En France, le youtubeur spécialisé sur la dérive des réseaux sociaux, le Roi des rats a quant à lui dénoncé l’existence de comptes d’échanges d’images pédopornographique dans une vidéo qui a été vue plus de 4 millions de fois.

Tik Tok, le marché des Sugar Babies

Officiellement, Tik Tok est interdit aux moins de 13 ans mais beaucoup d’internautes bien plus jeunes y sont actifs. Une communauté de « Sugar Babies » s’y est créée, ou des internautes s’offrent, virtuellement ou pas, et moyennant cadeaux, voyages ou argent liquide pour passer du temps avec une personne plus âgée et plus riche qu’elle. Le phénomène concerne davantage les filles que les garçons, bien que ceux-ci soient recherchés. La communauté s’échange des conseils, astuces, tutos pour trouver le bon « Sugar Daddy ». Un vrai sujet sur un réseau dominé par la présence d’adolescents, un âge où l’on peut aimer flirter avec le risque, mais à ses dépens.

A ce sujet, voir l’article de Libération, du 6/03/2021

Sur Tik Tok, prudence

En tant que parents, on ne le dira jamais assez, soyons vigilants sur ce que regardent nos enfants et informons-les de ce qu’y s’y passe. Un internaute avisé, même jeune, en vaut deux.

En tant que jeune, rappelons les règles de base des comportements sur les réseaux sociaux *****:

  • ne pas donner ses coordonnées personnelles (adresse, numéro de téléphone, etc.) à des inconnus
  • En cas de cyber-harcèlement ou d’exposition à des contenus nuisibles, utilisez les dispositifs de signalement mis en place par les plateformes et les réseaux.
  • En cas d’exposition à des contenus illicites, utilisez la plateforme Pharos du ministère de l’Intérieur : internet-signalement.gouv.fr

Références

* Cédric Leterme, le regard du CETRI, 13/08/2020

** Globalwebindex 2019

*** BusinessofApps, 2019

**** MarketingCharts, 2019

Le Figaro Tech,  Pédophilie, antisémitisme, les gros problèmes de l’application préférée des ados , Harold Grand, 19/12/2018

Libération, Sugar Babies sur TikTok, un business juteux mais dangereux, Elise Viniacourt, 06/03/2021

*****CSA, « Utiliser les écrans ; ça s’apprend »