85 - Chambretaud - Saint Joseph - Défi du 14 au 24 mai 2019

130 élèves ont relevé le Défi sans écrans entre le 14 et le 24 mai 2019. L’appréhension du départ dépassée, élèves, parents et enseignants ont mené le match jusqu’au bout avec succès ! 80% des enfants ont réussi à garder les écrans fermés pendant plus de 8 jours; 85% des parents déclarent que le temps passé devant les écrans (TV, jeux vidéos…) à la maison a diminué depuis la fin du défi et 95% d’entre eux jugent l’expérience utile ou très utile. Les comportements changent : 56% des enfants ont davantage lus pendant le défi et 53% d’entre eux ont passé plus de temps avec leurs parents, la chose la plus appréciée par tous (61%).

  • 69% des parents ont activement soutenu leurs enfants dans ce match inhabituel et en ont profité pour réduire leur propre temps écran (à 83% pour les Papa et à 89% pour les Mamans). Ils sont 60% à estimer que le défi a amélioré la santé et le bien-être de leur enfant. C’est ainsi que 92% des parents souhaitent le voir reconduit, dont 75% chaque année, comme un exercice incendie. Enfin, 96% des parents se déclarent prêts à aider leur enfant à changer ses habitudes (par rapport aux écrans) dans la suite du défi.
  • Côté enfants, les retours sont tout aussi positifs : 90% déclarent avoir diminué (assez ou beaucoup) leur temps-écrans depuis la fin du défi et ils jugent l’expérience utile ou très utile à 93%. 40% d’entre eux ont davantage aidé leurs parents pendant ces 10 jours, 60% ont fait plus de sport, 57% plus de lecture et 63% ont passé plus de temps avec leurs parents, les activités préférées étant les jeux de société, le sport, la cuisine et le bricolage (par ordre d’importance). 81% déclarent avoir été aidé par leurs parents dans ce challenge. C’est ainsi que 65% d’entre eux souhaitent renouveler l’expérience, chaque année pour 47% d’entre eux !
  • Enfin, côté enseignants, 85.72% jugent l’énergie investie dans le projet rentable pédagogiquement et 100% d’entre eux estiment que la préparation des élèves au Défi a aiguisé leur sens critique face aux écrans, de quoi être davantage « armé » pour la suite !

Ces résultats sont issus d’un questionnaire en ligne adressé aux parents et à leurs enfants à l’issue du Défi sans écrans et transmis à l’école.

Félicitations à tous !

85 - Collège Saint Exupèry - Pouzauges - Défi du 4 au 13 juin 2019

Ils étaient exactement 393 élèves de sixième et de cinquième, sur les 410, du collège Saint-Exupéry à réaliser le défi des « Dix jours sans écrans » du 4 au 13 juin.

Dix jours en classe, et en famille

Des collégiens qui, pendant dix jours, se sont déconnectés des écrans de loisirs, de tout type, dans le but de relever « un défi entre élèves, par classe, mais aussi au sein de la famille, pour marquer le maximum de points », explique Thierry Guesdon, le directeur de l’établissement.

L’opération était menée en amont par Jacques Brodeur, professeur à l’université de Montréal, qui était intervenu auprès de tous les professeurs, les parents et les jeunes, évoquant « toutes les interactions d’un cerveau très agité, très parasité par trop d’écrans ».

Les participants ont pu prendre conscience « des effets négatifs d’une trop grande ingestion de quantité d’images », d’après Thierry Guesdon.

Lucas, surpris comme beaucoup au départ du défi, estime qu’il lui a appris à s’« occuper en faisant autre chose que des écrans : aller dehors, faire de la cuisine », par exemple. Élève en classe de sixième, Léo reconnaît qu’aujourd’hui « il est difficile de se passer des écrans, les tablettes, de l’ordinateur », et plus généralement des jeux vidéo. « On se demandait au début comment on allait y arriver soit on diminuait soit on arrêtait complètement, se rappelle Théo. Moi j’ai diminué : la télé je m’en servais pas du tout, mon téléphone le matin le soir dans le car ».

« Les gens autrefois vivaient bien sans écran »

Difficile aussi pour Léo sans son smartphone, car « la musique, j’en écoute beaucoup ». Un autre explique qu’il a « pu faire du sport et cuisiner avec sa sœur ». Lucas a lui découvert les balades dans la campagne, au grand air : « Je n’avais pas l’habitude d’aller marcher, c’était agréable, ces moments simples ! » Au final, le défi terminé, tous ont bien pris conscience « qu’il fallait se donner des limites », et n’hésitent pas à qualifier les écrans de « dangereux ».

L’un parle d’une bonne résolution « je vais continuer à diminuer. Surtout l ordinateur ». Un dernier analyse sévèrement l’usage abusif des écrans : « On se replie sur soi. On est dans notre monde, on ne parle pas avec notre entourage, si on regarde trop les écrans, on ne fait plus trop la différence avec la réalité ».

Source : Ouest France, 17/06/2019 [https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/pouzauges-85700/pouzauges-dix-jours-sans-ecran-pour-400-collegiens-6402466]